Bienvenue sur le site de l'U.I.A.

HISTOIRE DES IDÉES

La « Lutte contre le racisme, blasphème et provocation à la haine : les controverses autour de la loi Pleven »

Alexis BUIXAN

Docteur en Sciences juridiques (Droit et Sciences politiques) de l’Université de Rennes I

Conférence unique
Cinquante ans après l’adoption de la loi Pleven, qui condamne les propos racistes, cette dernière se trouve attaquée de toute part, par une offensive populiste et identitaire illustrée par la candidature d’un polémiste condamné sur le fondement de cette loi. Injure raciale, provocation à la haine et à la violence, menaces sur le droit au blasphème : tout semble confus dans l’esprit de nos concitoyens.
Peut-on tout dire ? Qu’est-ce qui relève du discours de haine ? Qu’est-ce qui relève de la liberté d’expression ?
La loi de 1972 fait l’objet de caricatures qui la discréditent injustement. D’une part, ce texte aurait pour conséquence de laisser une marge d’interprétation importante au juge au point que ce dernier s’élève au rang de censeur qui menacerait la liberté d’expression. D’autre part, le procès fait au journal satirique « Charlie Hebdo » aurait révélé une communautarisation de la société française et une ethnicisation de la religion puisque cette loi fut instrumentalisée contre les caricaturistes. Même si cette thèse semble se confirmer à la lumière des plaidoiries des associations musulmanes requérantes, elle fut clairement démentie par le juge.
Sans la loi de 1972, l’accusation de racisme contre Charlie Hebdo aurait perduré..."
Date : Jeudi 6 avril 2023 De 14h30 à 16h00

Lieu : Maison des Associations 7 place du Petit Martroy, Pontoise
 
  • Tarifs : Adhésion 2022/2023 : 10 €
  • Préinscription : 9 €
  • A la séance sur place : 10 € ou 9 € avec la carte de 10 séances.

  • La salle ne pouvant accueillir que 60 personnes*, les adhérents ayant souscrit l’abonnement annuel ou s’étant préinscrits sont prioritaires. Nous ne pourrons accepter les personnes à la séance qu'en fonction des places disponibles. *Cette jauge peut être abaissée pour des raisons sanitaires ou de sécurité.