Bienvenue sur le site de l'U.I.A.
GÉOPOLITIQUE
 
  L’AFRIQUE : un CONTINENT en DEVENIR
Michel NAUMANN
Professeur émérite en études anglophones à l’Université de Cergy-Pontoise
A/- L’Afrique du Sud, 2 conférences : L’Afrique du Sud est la première puissance économique africaine. Cette République est née d’un long processus historique commencé avec les populations autochtones puis poursuivi malgré l’intrusion de populations européennes qui ont dépossédé les populations du pays.
Nous diviserons l’approche de ce pays en 2 temps :
- 1/ histoire précoloniale et réactions des Africains aux avancées européennes (Boers et impérialisme anglais) : empire Zoulou, royaume Sotho, guerres Xhosa, guérillas, résistances urbaines et ouvrières, la question de la terre.
- 2/ la lutte contre l’apartheid : naissance de l’ANC, luttes syndicales, religieuses, humanitaires, non-violence ou guerre de libération, débats entre africanité et mouvement national, la répression, puis la sortie de l’apartheid.  Il conviendra de souligner le caractère traumatique de cette ségrégation et les moyens utilisés afin de la surmonter pour enfin terminer sur la diversité fondatrice de la nation arc-en-ciel mais aussi les tensions nationales.
 B/- Le Nigéria, 2 conférences : Le Nigéria est un géant instable dont le sort est lié à celui de l’Afrique. Bientôt un Africain sur quatre sera Nigérian. Bon élève du libéralisme mondialisé, il est aussi un exemple de mal-développement.
Les composantes du Nigéria furent dépossédées au XIXe-XXe de leur dynamisme. Malgré une incontestable hypocrisie à voir la question comme le résultat d’un retard, Il s’agit plutôt de l’application d’un processus de sous-développement dû à la traite puis à la conquête coloniale. Approche aussi en 2 temps :
-1/ origines, l’Etat en Afrique de l’ouest et la puissance d’une culture démocratique fondée sur la classe des paysans libres. Exemples des trois grandes aires linguistiques et culturelles.
Divinité Eshu ethnie Yoruba
Divinité Eshu ethnie Yoruba
-2/ une décolonisation conservatrice et une révolution nationale toujours remise à plus tard : résistances et indépendance, guerre civile et seconde République, coups et processus électoraux, le mal-développement et les questions du Delta, de Boko Haram, du pétrole, du libéralisme sauvage et répressif…
Lieu : 4 place du Parc aux Charrettes, Pontoise

Dates : les jeudis 26 septembre et 3 octobre 2019 (Afrique du Sud),
                           10 et 17 octobre 2019 ( Nigéria), de 9h30 à 11h00

 
  • Tarifs : Adhésion 2019/2020 : 10 euros
  •              Abonnement pour le cycle de 4 conférences : 28 euros
  •              A la séance : 10 euros ou 9 euros avec la carte de 10 séances.

  • Rappel : La salle ne contenant que 90 personnes, les abonnés sont prioritaires. Nous ne pourrons accepter les personnes à la séance qu'en fonction des places disponibles